Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le POURQUOI du COMMENT !!!

Le POURQUOI du COMMENT !!!

Pour les esprits !!! Quand on boit de l'eau, ne jamais oublier sa source, J'AI DIT !


La vérité scientifique sur le 21/12/2012 2/2 fin

Publié par Platelayer sur 9 Avril 2008, 22:14pm

Catégories : #Ecologie

... suite et fin!

Le Destructeur n’est autre que de l’astroclimat « extrême ». 
 
Cet enseignement, tel qu’il fut aussi découvert par notre science contemporaine, nous apprends qu’il existe des liants de nature électro magnétique permettant de tenir l’univers ensemble.  
L’importance ne réside pas dans l’alignement du système solaire en tant que tel, mais dans la capacité qu’offre un tel alignement, d’obtenir une opportunité beaucoup plus grande d’occultations et que ces mêmes occultations soient beaucoup plus énergétique. 
 
À cause de l’ellitique, la terre parcours une distance plus grande durant la période d’été que durant la période d’hiver. Elle a donc une vitesse relative au Soleil plus grande. 
Le 21 décembre sera donc le moment de l’année ou la terre est le plus près du Soleil, mais aussi à sa vitesse sa plus lente. 
Le 21 mars déjà la vitesse d’éloignement commencera à se ralentir, apportant un réchauffement. À partir du 21 juin, la vitesse relative au Soleil commence à diminuer et la terre chauffera au maximum, effort qui se réduira du 21 septembre au 21 décembre. 
 
L’histoire et le Destructeur. 
 
Le Destructeur fait parti de tous les mythes et de toutes les cultures. Parfois le serpent, le dragon, le christ, le jour du Seigneur, l’invité céleste, etc… 
 
Il ne nous en reste aujourd’hui, que ce que l’histoire a bien voulu nous transmettre après une épuration consommée des brigades de la Terre Plate et les inévitables erreurs de communication et de retranscription survenant dans le passage entre les générations. 
 
Tout comme l’astroclimat, les grands cycles du Destructeur étaient parfaitement connus. Moins publique puisque moins fréquent, néanmoins, le gens n’oubliaient pas de si grandes catastrophes. Trop de témoignages du passé ancien nous démontrent que ces gens possédaient une connaissance très développée des divers cycles astronomiques de notre univers.  
 
Et ils possédaient une peur bleue du ciel (et oui, même Astérix avait peur que le ciel lui tombe sur la tête !!! lol) 
 
Voici une analyse des cycles à partir de certains artefacts de notre histoire ancienne. 
 
• Il existe une durée de temps historique qui se retrouve dans toutes les cultures anciennes comme étant un moment très particulier.  
 
• Il existe une durée de temps en climatologie qui se retrouve aussi loin que ne puissent représenter les archives du climat et est considéré par les spécialistes comme un cycle de base de la climatologie. 
 
Dans les deux cas, ce cycle est de 396 ans (Basé sur une moyenne de 390 à 400 ans selon les cultures et données) 
 
 
Ce cycle est très visible dans les relevés climatiques de la terre et fut identifié comme porteur à l’intérieur de plusieurs études sur le climat. Si on retranche 396 ans de la date de 2012, on arrive au moment du petit ère glacière au début 1600.  
Que l’on retranche une autre période de 396 ans et nous sommes à la fin de la civilisation Aztèques et au début de la période moyenâgeuse.  
Lorsque l’on remonte ainsi dans le temps, les nœuds et dénouements des différentes sociétés ayant existées à la surface de la terre, se sont toujours produits à la croisée de ce cycle. C’est durant ce dernier cycle du « petit ère glacière » que Galiléo nota une activité solaire plus importante. 
 
Ce cycle de 396 ans représente le cycle mineur du Destructeur. Celui qui apportait mauvais temps et des changements. 
 
Plusieurs façons de calculer le cycle majeur du Destructeur ont existées.  
 
Le manuscrit Kolbrin nous apprends que 100 périodes d’une génération sont nécessaire au retour du Destructeur et que les générations sont de 52 ans. Tout ceci donne un grand total variant entre 5000 et 5200 ans donc un système d’une précision somme toute, assez bonne.  
 
Il nous est bien connu aujourd’hui que la connaissance des cycles de l’astronomie fut au cœur de leurs préoccupations des mayas et des asiatiques sur plus de 5 millénaires. 
Tout comme un calendrier possède une « unité de base », une fréquence d’une journée, un autre pourrait avoir une unité de base d’une semaine, d’un mois ou même d’une saison. Impliquant que les gens qui l’utiliserait ne connaîtrait du temps courant, que la saison en cours.  
Certain calendrier sont même annuel impliquant un événement particulier à tous les quelques années. 
 
Le calendrier maya pour sa part, possède une fréquence, une unité de base de 19,7 ans. Cette fréquence est la période exacte des conjonctions entre Jupiter et Saturne.  
Imaginez un peu la taille des calendriers des Pompiers avec ce genre d’unités !!! 
 
Le calendrier maya et le manuscrit de Kolbrin nous apprennent que 13 de ces périodes de 396 ans donnent un grand cycle de 5148 ans. 
 
Comme pour toutes les sociétés anciennes, Jupiter était très important pour les mayas, il était celui qui situait le climat.  
Particulièrement dans sa période rétrograde. La période rétrograde ici n’est pas vu au sens astronomique du terme ou une planète ne tourne pas dans le même sens que les autres, mais au sens astrologique du terme duquel, une planète occultera une portion du ciel pendant un certain temps en donnant l’impression de revenir sur ses pas.  
 
De ce fait, dans un univers purement électrique, un tel événement a pour conséquence de nous acheminer une quantité d’énergie beaucoup plus grande dû à une présence plus longue devant la constellation. 
 
Nos ancêtres connaissaient très bien le Destructeur. Ils possédaient les outils nécessaires à prédire sa venue et les utilisèrent. Plusieurs centaines de millions d’heures de travail furent nécessaire à la réalisation de ces reliques du passé. 
Les monarques et autres dirigeants de l’époque n’étaient pas plus fous que n’importe quel homme aujourd’hui. On ne dilapide pas les forces d’un royaume ou d’un village pendant 20 ans pour construire un monument à l’adoration des dieux, les hommes avaient bien autre chose à faire. 
Des quais, des brisants pour les vagues, des refuges aux dimensions pharaoniques, construit à tout épreuve, toujours le plus haut possible, protégé de l’eau. Il existe plus de 10,000 constructions de cette autre génération à la surface de la terre. Les hommes souhaitaient se protéger d’une nature enragée qui allait bientôt les frapper. 
Le Destructeur en pratique 
 
Un flot galactique sur lequel nous sommes alignés actuellement, est le plus important de tous. Provenant de la constellation du Sagittaire. Cette rivière se déverse vers la constellation du Taureau.  
 
Nous sommes dans l’axe de cette rivière d’énergie qui étira naguère l’orbite de la terre et celles des autres planètes jusqu’à cette forme d’ellipse. 
 
L’énergie visiblement croissante qui traverse le système solaire depuis une vingtaine d’années est due au mouvement orbital de Pluton qui approche angulairement le centre galactique. 
De par sa distance, Pluton concentre le flot ionique, ce qui augmente la pression à l’intérieur du système solaire.  
À partir de cet instant, tous les alignements qui normalement induisaient des changements de climat, transportent maintenant des charges d’énergie gigantesque et deviennent des sabres tranchant.  
Pendant la durée de ce cycle, puisque la terre est attirée en direction du centre galactique, elle filera plus vite, plus loin et elle aura plus de difficulté à reprendre sa position autour du soleil ce qui exagèrera les deux saisons de la terre, des hivers plus froids et plus longs et des étés plus chauds et plus orageux.  
 
À cause des changements de direction relative au soleil, les périodes critiques demeureront autour de Mai/Juin/Juillet et de Novembre/Décembre/Janvier. Cette situation perdurera jusqu’en 2020. 
 
En 2012, Pluton occupera l’extrémité Juin dans notre orbite, c’est à dire celle du coté du centre galactique. Dans l’année précédant 2012, Jupiter s’approchera lentement de l’autre extrémité du système solaire, Janvier, dans la constellation du Taureau. À partir de ce moment, chacun des alignements qui surviendront dans le système solaire deviendront dangereux, disons plutôt avec d’importantes conséquences. 
 
Dans les derniers 10 jours précédant le 21 décembre 2012, le soleil et la terre s’installeront entre les deux pendant 20 jours. La situation sera exceptionnellement critique.  
 
Alors je ne vous demande pas de me croire mais de vérifier tout cela. C’est extrêmement simple avec un petit logiciel d’astrologie ou de positionnement des planètes du système solaire téléchargeable sur internet. C’est très simple et on peu apprendre pas mal de chose en peu de temps. 
 
Revenons à nos moutons !  
Comme il le fera en 2012 et à tous les 396 ans, Jupiter s’aligne et est rétrograde alternativement devant la constellation du Taureau et le centre galactique, ceci est la cause du cycle mineur du Destructeur de 396 ans.  
 
Ce cycle ci est différent des 12 précédents par la présence de Pluton à l’autre bout du système solaire, ce qui se produit « au même moment » tous les 5200 ans; et à tous les 25,900 ans face à cet portion du ciel qui nous entoure. Cet événement très particulier dans l’histoire humaine, déviera une grande quantité d’énergie à travers le système solaire, les conséquences seront pour le moins négative. 
 
Puisque l’index de « stress » de la planète terre est fonction directe des index KP du NOAA, il est facile d’établir un lien entre les deux. 
 
Si l’on tient compte de la position continue de la terre en relation avec ce flot galactique et le soleil ; Et si on tient compte de l’alignement des planètes comme suggéré dans l’astroclimat ; Il est possible de déterminer les phases critiques en comparant avec l’index KP qui nous produisent un résultat quasi immédiat.  
 
Dès que l’index KP surgit et dans un délai de 4 à 72 heures, la terre laissera voir des signes d’anxiétés sous forme d’évènements climatiques et géologiques.  
 
Faites le test ! Index KP puis observez la météo. 
Faites vous un petit cahier avec ces notes et là, nous en reparlerons, c’est édifiant !!! 
 
Le magnétomètre et le flux d’électrons sont les deux indices qui vont fluctuer de pairs avec les alignements. Lorsque ceci se produit, les deux courbes donnent véritablement l’impression de fondre et de couler, laissant les deux indices souvent au minimum et l’index KP surgit. 
Ceci inclus tous les alignements du système solaire, des plus grosses planètes aux petites lunes de Jupiter sous certaines conditions.  
Aidez vous encore une fois de votre petit logiciel d’astronomie pour observez les puissances en jeux. 
En conclusion 
 
« Il n’y a pas de monstre plus gros que celui qui nous fait peur » 
De Châtillon
 
 
Aujourd’hui le modèle à la mode nous montre que l’espace n’est qu’un vide sans fin d’ou nous parviens faiblement la lumière des autres étoiles. Le soleil, la terre et les autres planètes ne sont que de vulgaires réacteurs à fusions dont la seule interaction entres elles ne peut se faire que par l’intermédiaire de la gravitation. Puisque l’effet de la gravitation ne se fait sentir que sur une distance limitée, il n’y a donc pas ou peu d’interaction entre les différents corps stellaires.  
 
Si une telle théorie permet de faire voler un avion ou de bâtir un gratte ciel sans que celui ci s’écrase, elle devient beaucoup plus tordue lorsqu’il s’agit d’expliquer le plan d’inclinaison des pôles des planètes ou l’elliptique des orbites, le big bang, la matière noire. Et là, les manuels scolaires sont autant efficaces qu’un livre sur les « pieds nickelés » ! 
 
 
 
Il est facile d’amalgamer le scientifique trop curieux à la grande « familla » avant qu’il ne découvre de lui-même ce qui ne fonctionne pas, tout en utilisant son génie à trouver une explication populaire pas pire, qui souvent s’avère être une simulation d’ordinateur ou une lourde explication théorique avec suffisamment de formule mathématique pour écœurer de la vie tout ce qui ne possède pas le titre de physicien.  
 
 
Très curieusement l’histoire est en effet, la seule sphère de la science ou le modèle n’a pas changé depuis le début de l’ère Chrétienne. Il y a 3500 ans, alors que les Israélites poursuivaient leurs traversés de l’Égypte à la Terre Promise, l’histoire se figeait sourdement pour devenir en quelques siècles exactement ce qu’elle est aujourd’hui. 
 
Même le phénomène de la Renaissance n’eut que peut d’effet sur le développement de l’histoire. Même si le développement des sciences n’était que peu encouragé par les administrations dogmatiques de l’époque, elles étaient nettement un frein en ce qui concernait l’histoire contraignant le cautionnement d’un modèle à l’approbation du Vatican (encore et toujours ce sacré Vatican). 
 
Bien que dans une moindre mesure, cette situation perdure encore aujourd’hui, puisque encore à ce jour, la plupart des découvertes archéologiques sont soumise à l’approbation de cette organisation qui est de loin le plus important repositoire de l’histoire ancienne de l’homme. 
 
Étonnamment, une telle bibliothèque de l’humanité ne peut-être consulté que de certains individus, chaudement recommandés et triés sur le volets par les autorités religieuses et de plus, liés à la plus stricte confidentialité. Bizarre non ? 
 
J’illustrerai ces propos avec l’expérience de la Bibliothèque de Huntington au États-Unis. 
 
En 1947, sur le site de Qumrân dominant la mer morte, des bédouins découvrirent des rouleaux de parchemins soigneusement enfermés dans des jarres d’argiles.  
Les années suivantes, plusieurs autres manuscrits furent découvert dans les grottes avoisinantes.  
 
Datant du 2ième siècle avant JC. Ces textes d’une grande portée historique furent attribués aux esséniens qui était une communauté juive en rupture avec la religion officielle de l’époque.  
 
D’une simplicité enfantine car il n’y avait qu’à traduire les documents, les choses furent beaucoup plus complexes. Les polémiques s’enclenchèrent autour de la propriété du site et des manuscrits tant et si bien que 50 ans après la découverte, certains des manuscrits ne sont toujours pas traduit.  
 
Confiés pour la traduction à une institution dominicaine l’école publique de Jérusalem seule instance spécialisée dans ce domaine, le rythme de parution des publications sur ces recherches se ralentit rapidement.  
 
Déjà en 1977 des voix s’élevaient pour dénoncer les retards interminables pris par l’équipe chargé de la traduction des textes, l’anglais John Allegro qui a participé au travail d’édition de ces documents s’éleva contre ses confrères qu’il accusa de faire volontairement silence sur des documents qui seraient dangereux pour la foi.  
En gros, si ces documents étaient des recettes de cuisine, les traductions auraient été prêtes pour le repas du soir !!! 
 
Donc, une contestation qui s’enfla jusqu’à ce qu’en 1991, La bibliothèque américaine de Huntington, à qui l’état d’Israël avait permis de photographier l’ensemble des manuscrits en assurance à une destruction possible, met fin à cette page d’histoire et décide d’en autoriser unilatéralement l’accès aux chercheurs. 
 
 
Volonté de cacher des extraits (fort possible) ou incompétence des scientifiques (hum, j’y crois pas trop) ayant travaillé à ces documents, nul ne sait. Accusations et théories foisonnent à ce sujet. 
 
Dans le livre « Les manuscrits de la mer morte révélés », les deux chercheurs et auteurs du livre Eisenman et Wise prétendent que la recherche scientifique et les publications sur les textes anciens sont sujet à omerta qu’ils leurs faut briser. 
 
Même s’il est possible de conclure que de tels gestes ne sont motivés que par la protection d’un dogme religieux et donc n’ont que peu de conséquence sur notre développement, il s’avère rapidement que les choses ne sont pas aussi simples. 
 
Aujourd’hui, même si les nouvelles recherches ne sont plus l’apanage le plus stricte des autorités religieuses depuis le 18ième siècle, il ressort néanmoins que les témoignages de notre histoire sont torturés entre l’omniprésence de l’ecclésiaste, un financement déficient faisant figure d’enfant pauvre en comparaison des autres branches de la science, un marché noir très ciblé et très agressif initiés par des collectionneurs d’élites anonyme capable d’influencer, tel en Suisse, les lois à leurs avantages.  
 
« Celui qui porte le crayon porte aussi l’histoire. » 
 
Ou sont donc ces manuscrits et autres témoignages de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie, véritable repositoire de la science antique qui contenait plus de 6000 années d’observations astronomiques? Et ceux de la Chine Antique? Et ceux de l’Amérique Antique? Et ceux de la Grèce Antique?  
 
Si l’or représente une façon de soutenir le royaume aujourd’hui, il faut admettre que la possibilité d’acquérir les particularités d’une science différente de la notre, représente une chance facile de s’améliorer rapidement et d’être meilleur à soutenir le royaume demain. 
 
L’histoire traditionnelle nous apprend qu’ils ont tous été brûlés malicieusement, par peur de l’ancienne magie ou par inconscience. Pour le moins ahurissant dirions-nous. 
 
Pythagore de Samos (569 - 475 Av J.C.) Voyagea en Égypte et à Babylone. Il exposa la théorie des nombres réalité mathématique de la nature et le fait que la Terre était une sphère.  
 
Euclide (325 – 265 Av J.C.) d’Alexandrie en plus d’écrire un livre qu’il intitula « Optique » synthétisa le travail de ses prédécesseurs dans une série de 13 livres qu’il écrit appelés “Les Éléments » qui devint la source première de raisonnement en géométrie pour 2000 ans.  
 
Aristarchus (310 - 230 Av J.C.)) Postula pour un univers héliocentrique et appliqua la trigonométrie pour estimer les distances et les dimensions du soleil et de la lune 
 
Archimède de Syracuse (287 - 212 Av J.C.)) Exposa la valeur de pi. 
 
Eratosthènes (275-194 Av J.C.)), Le troisième libraire d’Alexandrie, en plus de répertorier 44 constellations et 475 étoiles, il exposa la circonférence de la terre avec une marge d’erreur de 1la longueur de l’année de 365 ¼ jours et mit de l’avant l’idée d’intercaler la journée bissextile; Il suggéra que les mers du globe étaient interconnectés entres elles et que l’inde pouvait être atteinte en navigant vers l’ouest. 
 
Appolonius de Perga (262-190 Av J.C.) De son livre « Conique » il introduisit les termes Parabole, ellipse, Hyperbole et polyhèdre. Dans un autre de ses livres « Le miroir qui brûle » il décrivit les propriétés focales du miroir parabolique. Pour expliquer l’apparent mouvement des planètes à travers le ciel, il décrivit ce mouvement excentrique et épicycloïde.  
 
Hipparque de Bithynie (190 - 120 Av J.C.) exposa et mesura la précession des équinoxes, la dimension et la trajectoire du soleil et de la lune. Il répertoria les constellations et le fait que les étoiles puissent avoir une naissance et un déclin. Il importa de Babylone l’unit de mesure de 360 degrés et calcula la longueur de l’année avec 6 minutes de précisions. 
 
Ptolémée Claudius ( 87 -150 ) S’appliqua à supporter son système géocentrique, il écrivit un traité sur l’astrologie. 
 
Il est constant à la lecture des anciens textes d’être frappé par cette clarté d’esprit et cette logique qui caractérise les gens cultivés et matures issues de société évoluées, terreau nécessaire a un tel résultat.  
Bref, tout à fait à l’opposé de l’image traditionnelle de barbares vivant dans des huttes. 
L’Atlantide la cité-état, était situé sur une grande péninsule s’étendant du Belize à la Floride en passant par Cuba et Haïti.  
 
L’Atlantide le domaine, en plus de comprendre les terres déjà décrites, possédaient aussi l’intérieur des deux Amériques incluant les haut sommet du Pérou, le nord ouest de l’Afrique, du Nigeria à la Lybie.  
Il y a 5000 ans, le quotidien de l’homme fut changé à jamais lorsqu’un événement inconnu vint rompre la balance isostatique de la planète terre libérant du même coup des quantités gigantesques de lave et de gaz carbonique dans l’atmosphère. Une catastrophe d’envergure planétaire que l’histoire biblique appelle le déluge. 
 
Platon nous dit que les terres furent emportées par la pluie jusqu'à la mer, ne laissant que la rocaille la misère et la famine. 
 
Et la fonte des glaces se fit à une vitesse vertigineuse. Les surfaces qui n’étaient pas protégées par la lourde protection de la glace étaient dépouillées par la pluie jusqu’à en faire des déserts. Le niveau des mers remonta à une vitesse inimaginable, engloutissant les villes établies le long des littoraux.  
 
Tous les peuples de la Terre ont leur propre légende traitant de la dévastation des leurs lors d’une catastrophe majeure. 
 
Dès le passage de la crise, les survivants se regroupaient et repartaient une société. Tout à fait comme si ce genre de catastrophe était cyclique. 
 
Brandissant Feux, sang, meurtres, guerres, génocides, loi divines, Bibles, religion, bâton, science et argent, ils ont terminés le ramassage de ce qui en restait de cette science. Distiller au « vulgaire » de la façon la plus profitable possible au prix du marché servile, l’ancienne science en attendant sagement le prochain tiraillement astro-climatique prévu et il n’y avait qu’à tout recommencer. 
 
Amputé de notre histoire ancienne, il ne nous reste maintenant que mythes et légendes fantastiques et des monuments ahurissants. Le rythme d’évolution de notre société s’est pratiquement arrêté ensuite sur plus de 4500 ans. 
 
Celui qui possède le crayon possède l’histoire. Celui qui possède le mégaphone possède la foule. 
 
Tout comme dans l’allégorie de la caverne de Platon, nous avons le choix. Nous avons le choix de regarder plus loin. 
 
Le cycle du « Destructeur » 
 
La terre, tout comme le soleil possèdent et subissent des cycles qui leurs sont propres. Des cycles qui sont peu de chose à l’échelle humaine mais qui ont de fois en fois de l’influence sur notre qualité de vie.  
 
Un de ces cycles possède une fréquence de 396 ans. Et, à tout les 13 cycles de ce « 396 ans » pour diverses raisons, la terre entre dans un cycle plus sévère de conséquence. Ces 13 périodes de 396 années donnent un total de ou – 5128 ans. 
 
Ce « supercycle » de 5128 ans n’est pas constant, lui même inscrit à l’intérieur d’un autre cycle qui est de la même durée que la précession des orbites soit 25,900 ans et dont le maximum aurait eu lieu il y a 10256 ans. Les cycles subséquents incluant celui de 2012 sont le déclin de ce maximum et celui ci est probablement le dernier pour un moment. 
 
En 3134 avant JC eut lieu le déluge. Ce n’était pas le premier. Suivant des cycles climatiques précis, des évènements similaires à celui du déluge se produisent à tous les 5146 ans. Ils se produisirent en 8280 avant JC et en 13426 avant JC.  
 
Pas de bon Dieu à l’horizon ni de Sarkozy de derrière les fagots, juste le système solaire qui fait SON cycle ! 
 
La période actuelle de 5146 ans dans laquelle nous vivons présentement se terminera en 2012. Les changements climatiques et géophysiques et cosmologiques actuels, qui n’ont absolument rien à voir avec l’activité humaine, nous démontrent qu’un impact sévère se fait sentir depuis 20 ans. Ce cycle est une période de 20 ans ayant débuté en juin 2000 et se terminera en décembre 2020. D’ici là, suivant les périodicités de la terre et le positionnement des planètes du système solaire des soubresauts géo climatiques importants sont à prévoir. 
 
La période moderne comprend tout ce qui s’est produit depuis le dernier déluge jusqu’à ce jour. Elle débuta en 3134 avant JC et se terminera en 2012. 
 
La période mégalithique, qui est la génération d’avant nous celle des dolmens et des pyramides. D’une durée de 5146 ans elle aussi, elle débuta en 8280 avant JC et se termina en 3134 avant JC. 
 
Et la période Terra Incognita identifiée ainsi à cause de son impact très important sur le développement des générations mégalithiques et modernes jusqu’à nous. Cette période débuta en 13426 avant JC pour se terminer en 8280 avant JC. 
 
La période glacière laissa sur la planète des pôles beaucoup plus importants qu’ils ne le sont aujourd’hui. De lourdes chapes de glaces recouvraient la quasi-totalité de l’hémisphère nord et de l’hémisphère sud, ne laissant que l’équateur et autres endroits épars. 
La génération d’hommes ayant existé à la période de Terra Incognita possédait un savoir et une connaissance surpassant la nôtre dans beaucoup de domaine. Ils eurent au contraire de nous la possibilité de construire sur l’histoire des génération précédente et n’eurent pas semble t’il, à subir l’effet freinant d’une « Brigade de la Terre Plate ».  
Et Platon nous apprends qu’à la fin de Terra Incognita en 8500 avant JC, les hommes qui vivaient sur cette île appelée Atlantide engagèrent une guerre contre ceux qui vivaient au moyen orient et sur le pourtour de la Méditerranée.  
 
Cette guerre ne se termina jamais. La nature suivant son cycle, reprit son cours et nettoyant tout de son coup de balai. 
 
Concernant l’Atlantide, certains débiles vous parleront d’un peuple intelligent vivant sous les eaux par je ne sais quel miracle.  
Faut pas être con pour comprendre qu’un peuple vivant AU BORD de l’eau est désormais SOUS les eaux une fois que le niveau de la mer à montée de 100m! C’est pigé?  
Donc pas de miracle amphibie ni d’Einstein mi-homme mi-poisson! 
 
Bref, le cataclysme qui mit fin à la génération de Terra Incognita fit monter le niveau de la mer sur plus de 100 mètres en quelques mois, les tsunamis d’une violence extrême ainsi que les pluies diluviennes engloutirent tout durant un moment, à l’exception de 5 plateaux du monde ou la grande majorité des survivants s’étaient réfugiés. 
 
Lorsque des chercheurs de notre passé ancien commencèrent à scruter les rapports officiels d’observation de structures sous la mer, ils découvrirent qu’il existait plus de 600 de ces rapports rédigés depuis le début du 20ième siècle et aucun de ceux-ci n’avait été analysé sérieusement.  
Ils en construisirent aussi beaucoup qui furent détruit durant le cataclysme ou les 5000 années qui suivirent 
 
Bien qu’appartenant à des cultures différentes les réalisations mégalithiques, des plus impressionnantes structures aux plus modestes, possèdent beaucoup en commun. 
 
Construction extrêmement robuste. Capable de supporter les tremblements de terres et les tempêtes les plus violentes. Le toit est constitué de telle façon qu’il peut résister à tout ce qui pourrait être reçu sur la tête, tant les déjections célestes que volcaniques qu’une pluie intense et acide durant de longues périodes. 
 
Elles furent tous construites en retrait de la mer, à des endroits géographiquement élevés, beaucoup disposent d’un remblai rempart de plusieurs mètres, d’un fossé d’évacuation d’eau et d’une porte de pierre. Carnac possède même une barrière contre les brisants. A visiter d’ailleurs… 
 
La censure 
 
Le nettoyage continuel exercé par les brigades de la Terre Plate ne nous laissent qu’une page d’histoire parsemées d'inconnus, des inconnus qui prennent des proportions invraisemblables dès que l'on retourne à des dates antérieures à l'ère du christianisme.  
 
Même la réalité des évènements de l’histoire qui nous est parvenus, est déjà passée à la moulinette des brigades de la Terre plate. 
 
Il serait difficile de préciser à quel moment cela se mit en marche. 
 
Il est certain qu’en l’an 350 avant JC le moteur de cette censure était déjà en fonction puisque Socrate, condamné par un tribunal partisan dut boire la ciguë qui est un poison mortel à la suite de ses enseignements interdits. En fait pratiquement tous ses élèves eurent mailles à partir à un moment ou à un autre avec les autorités Grecques pour avoir eux-mêmes participés à ces enseignements païens. 
 
Les premières véritables censures connues furent effectuées par un roi Égyptien Aménophis IV qui vécut en 1500 avant JC. Faisant suite à une période trouble de laquelle naquit le nouvel Empire Égyptien, faste et prospérité s’ensuivirent.  
 
Lorsque Aménophis IV prit possession du trône, il procéda rapidement à des réformes dites « religieuses » visant à promouvoir le culte du soleil en tant que Dieu unique. En l'an 5 de son règne, Akhenaton ordonne de marteler les temples, un martelage systématique de ce qui réfère aux anciennes croyances est entrepris, les images et les noms des dieux sont effacés tels Amon, 
 
Pythagore de Samos, Thales, Socrate, Hippocrate, Democritos, Platon, Aristote, Erathostenes, Aristarchos, Ptolémée. Tous ces hommes qui nous ont laissé les premiers témoignages connus de la science sont Grecs et ils nous ont tous laissés des enseignements de grandes valeurs encore en usage aujourd’hui. Tous vivaient à l’époque de la Grande Bibliothèque d’Alexandrie. 
 
Le roi de la Rome Antique était le seul à avoir accès aux reliques antiques. Les choses changèrent en 510 avant JC lorsque le dernier roi fut jeté dehors lors d’une révolution qui mena à l’établissement de la république Romaine. 
 
La tâche religieuse attribuée précédemment au roi fut transférée à un poste nouvellement crée appelé « Rex Sacrorum », ce qui signifie « Roi des choses sacrées » et était nommé par le pontifex maximus, chef prêtre de la religion de l’état Romain.  
Le pontifex maximus qui signifie « le constructeur de pont », avait récupéré la plupart des tâches religieuses incombant au roi et comme lui, il était le seul à avoir accès au reliquaire sacré. Les derniers a tenir le rôle de pontifex maximus fut Jules César et Aemilius Lepidus.  
Au 5ième siècle, le titre de rex sacrorum fut transféré au Pape qui l’utilise depuis. 
 
La capture du savoir ancien et des richesses était les objectifs des conquêtes romaines. Très rapidement, ils se rendirent compte que cet ancien savoir n’était pas aussi facile à récupérer que les richesses. Alors que les souverains n’hésitaient pas à recouvrir d’or les toits de leurs palais, les reliques de l’ancienne connaissance qui avaient été sacralisées par les legs sur plusieurs générations étaient irremplaçables et étaient gardées à l’abri. 
En 200 après JC, à la mort de Ptolémée et à la destruction de la bibliothèque d’Alexandrie par les chrétiens, la science s’arrêta subitement. Pendant le millénaire qui a suivi, il n’y eut aucun développement de la science dans les pays d’Europe. 
 
En l’an 500 jusqu’à l’an 1100 après JC, la science se développa avec rapidité à nouveau mais cette fois-ci dans les pays de l’Islam du moyen orient. Cet autre sursaut de la science fut brusquement stoppé par les croisades dont les chevaliers de la Terre Plate venaient récupérer la connaissance. 
 
En 1252, le Pape Innocent IV démarra l’Inquisition contre les hérétiques en Italie. L’inquisition était le racket d’extorsion le plus élaboré jamais imaginé. Non seulement il permettait au Papes et aux Rois de mettre la main sur les bribes de ce savoir ancien ici et là, mais aussi détruire leurs porteurs et par la même occasion prendre possession de ses biens. Sous la menace de la prison, la sévérité des amendes était sans limite. 
Quoiqu’il en soit, après être passé par les croisades qui visaient à ramasser cette ancienne science sur le territoire de l’Islam, le Moyen-Âge se termina avec le début de la Renaissance et l’invention de la presse de Gutenberg, le voyage de Christophe Colomb et les inventions de Leonardo Da Vinci. 
 
Et les presses de Gutenberg qui démocratisait le savoir. Il était temps d’ouvrir la valve du développement scientifique et de tramer des nouveaux héros qui porteraient le flambeau de la découverte pour l’organisation de la Terre Plate.  
 
L’inquisition devait se poursuivre certes, mais dans le secret ou par l’utilisation de la manipulation populaire. Ce qui aurait pour résultat de cesser de ternir par la même occasion l’image de la monarchie et la chrétienté.  
 
Ces problèmes trouvèrent leurs solutions avec la création d’une organisation chargée de réaliser ces tâches sous le parrainage étroit de la très puissante famille Rothschild, membre en règle de la Terre Plate et appelée « Illuminatis ».  
 
Et là, beaucoup de chemins s’ouvrent à vous… 
 
Conclusion : 
 
Tout est lié !  
 
Savoir, connaissance, religion climat, sciences, guerres, catastrophes naturelles, astronomie, etc… 
Nous ne sommes pas seul dans l’univers, et la Terre n’y est pas le centre.  
Nous subissons donc toutes les influences des planètes voisines. C’est comme si la Terre était un grain de sable et nous pensons que celui-ci à le pouvoir et le désir de rester immobile en plein milieu d’une rivière de montagne.  
 
Actuellement je vis avec ma famille dans le sud de la France et je connais les lois (en tout cas je devrais) qui régissent mon pays tout entier, pourtant, pas toutes les lois me concernent directement.  
Et pour le système solaire alors ??? 
Nous vivons toutes et tous dans le système solaire et nous nous intéressons uniquement à notre belle Terre. C’est bien mais il n’y a pas que çà. C’est comme si vous ne vous intéressiez qu’à votre règlement de copropriété et basta ! 
 
Chaque évènement climatique sur notre Terre est fonction de notre entourage planétaire et la plupart des grands chambardements climatiques sont prévisibles sur une très longue période. Rien à voir avec notre météo à 3 jours.  
Si on occulte tout cela, autant rendre nos belles centrales météo et acheter un gros bocal et y mettre une belle échelle avec une grenouille verte. Aussi efficace !!! 
 
Nous avons un outil formidable qui est Internet : La plupart des hommes se plaignaient auparavant de ne pas avoir la connaissance et l’accès à celle-ci. Maintenant que l’homme a Internet, il s’en sert pour visiter des sites de cul et acheter des baskets pas chers sur Ebay et les revendre dans le quartier !?!?! Quel gâchis. 
 
Utilisez Internet à bon escient, nous avons besoin de savoir et de transmettre ce savoir ! 
Ne prenez pas pour argent comptant tout se que l’on vous dit : Vérifiez, analysez, contrôlez, comparez, réfléchissez, comprenez, transmettez… 
 
Si le sujet vous parait vaste et si vous ne savez pas par où commencer, posez vous juste la question « POURQUOI ? ». 
Tout acte précis a une raison précise. Rien n’arrive sans raison, rien n’est fait au hasard ! 
Alors informez vous et réfléchissez par vous-même… 
 
Bon courâge…….. 
Stéph 

Commenter cet article

voyance par mail gratuite 04/08/2016 11:16

J’adore vraiment ce que vous faites je me demande comment j'ai pu rater votre blog .

DJTADISCO 21/12/2012 01:03


C'est pas mal tout sa, très bien rédigé.. 

david 26/10/2012 21:46


salut a toi, je vois que tu est bien renseigner et c'est exactement ce que j'ai fait avant de lire ton article, effectivement tout ce que tu dit est vrai... La terre a ses propres cycles et
en lisant des passage de la bible notamment Lapocalypse de jean (lire oui mais certainement pas au sens littéraire),on se rend compte que nos ancetres possedait ce savoir sur les astres et sur
les cycles de notre planete, L'elite ou les grands maitre de ce monde nous voile la verité depuis toujours il connaissent ce secret mais nous le cache, si vous avez l'occasion regarder les video
de adriana evengelizt (Apocalypsis) vous comprendrait beaucoup de choses, en tout cas ce qui est certain c'est que nous sommes a l'aube d'un grand cataclysme comme au temps jadis (le deluge),
cela ne sert a rien de se cacher ou de penser que vous allez survivre, seul les élus seront des rescapées mais evidamment cela impliquera qu'il retourneront a l'age de pierre, il ne faut pas
croire non plus que l'apocalypse veut dire la destruction, cela veut dire la revélation... n'allait pas croire non plus que cela est la faute du createur si une majeur catastrophe planétaire ce
profile, oublier le concept des anges et des démons ansi que du paradis et de l'enfer car tout cela nous a été imposé par l'Elite de ce monde en corelation avec l'eglise pour nous
endoctriné, pour nous garder sous leur coupes pouvant ansi nous manipulé et profiter de nous, il nous cache le secret de la -Loi Originelle- justement pour sa, nos Ancetre avait le savoir,la
sagesse qui aurai du nous etre transmise mais les machaviele de ce monde on enfermer leur secret, d'ailleur il savent tres bien ce secret, entre autre que notre planete a son cycle de destruction
et de regeneration mais il ne vons forcement pas vous le divulguer il ne pourrait pas contenir les 6milliards de personnes qui peuple la terre, juste un exemple: demander vous pourquoi en norvege
il ont construit un immense complexe sous terrain qui garde toutes les semences de cette planetes et qu'il ons nommée L'ARCHE DE NOE? simple hasard? ou en corelation avec la bible, il
savent depuis longtemps que nous nous dirigeons vers une catastrophe naturel majeur, est le temps est proche car notre civilisation ne sera bientot que poussiere

napoleoni 01/08/2012 15:22


Merci pour cet article

humain 13/04/2012 23:48


bonsoir et bravo pour ce travail de recoupement extraordinaire ! mes questions sont: Alors, à quoi devons nous nous attendre réellement ??? j'entrevoie certes des cataclysmes naturels ou pas
(HAARP?) mais moi en tant qu'être humain qui souhaiterais me sauver ainsi que ceux que j'aime...quelle est la meilleure option ? Y en at-il seulemnt une ? que conseillez-vous ? merci et bonne
continuation.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents